Ursula Collombier

 

ANTIBES 

Alpes Maritimes 

06 78 85 77 53

 

 

Page Facebook

 

 

ursula.nutriliberte@gmail.com

 

Pour toute correspondance

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.

Partagez

- sans gluten

 

Nombreuses catégories de la population se trouvent mieux d'une alimentation sans gluten, parce que les blés hybridés modernes sont très différents des blés consommés par nos ancêtres, et que ces changements ont probablement contribué à étendre la sensibilité aux constituants de cette plante et de ses cousines. Les personnes avec une maladie auto-immune voient souvent leur santé améliorée avec un régime sans gluten.

 

Blé moderne : une sorte de plastique

 

Les céréales sont un aliment ultramoderne, que l'humanité n'a pas consommé pendant 99,5 % de son existence. Ce n'est qu'il y a 5000 ans que nos ancêtres chasseurs-cueilleurs se sont mis à en cultiver massivement, alors que l'espèce humaine vit sur Terre depuis 8 millions d'années.

Notre système digestif n'est donc pas habitué à consommer du blé. L'entrée massive du blé dans l'alimentation ne nous a pas fait de bien sur le plan individuel. La taille, la longévité et l'état de santé de nos ancêtres ont régressé et ce n'est qu'au début du 20e Siècle que nous avons retrouvé la taille de nos ancêtres chasseurs-cueilleurs.

Cependant, le blé, qui fut la première céréale à être cultivée, a aussi des avantages qui expliquent que la population humaine se soit mise à augmenter fortement : c'est un aliment très riche en calories ; il est très productif, et permet donc à une population nombreuse de vivre regroupée. Il oblige les nomades à se sédentariser, ce qui permet aux femmes d'avoir plus d'enfants : c'est donc grâce au blé que sont nées les premières grandes villes, avec une division du travail permettant le progrès technique, intellectuel, artistique et scientifique.

Globalement, le blé a donc été une bénédiction pour l'humanité. Les hommes s'en sont vite aperçus et ils ont pris grand soin de sélectionner les meilleures espèces, c'est-à-dire celle qui résistaient le mieux aux intempéries, et qui produisaient les plus beaux épis.


Des espèces sélectionnées pour mieux gonfler

Mais un autre élément entra en ligne de compte dans la sélection des espèces de blé : les Egyptiens découvrirent que, réduit en farine et mélangé à de l'eau et à du sel, certaines sortes de blé hybride pouvaient fermenter, gonfler, et être cuites pour produire du pain, plus agréable à manger que les bouillies et les galettes.

Les espèces primitives de céréales cultivées par l'homme ne permettaient pas de faire du pain. Comme la farine de riz, de maïs, ou de sarrasin, vous pouviez toujours les mélanger avec de l'eau et mettre de la levure, la pâte ne gonflait pas.

Pour passer de simple bouillie à l'aspect de pâte élastique et gonflée, il faut que la farine contienne certaines protéines capables de former des liaisons avec l'amidon. Ces protéines, que les chimistes ont appelées les prolamines et les gluténines, forment le gluten. Plus les céréales sont riches en gluten, plus la pâte à tendance à lever, plus votre pain (ou votre brioche, vos gâteaux) seront gonflés et croustillants.

Le gluten était peu abondant dans la première forme de blé cultivée par l'homme, appelée « engrain sauvage ». L'engrain permettait de faire des galettes qui levaient légèrement, mais non du pain. Mais les Egyptiens réussirent à croiser l'engrain avec une autre plante, pour fabriquer une nouvelle sorte de blé beaucoup plus riche en gluten, dont le nom scientifique est le triticum dicoccum.

Tout au long de l'histoire, les hommes s'appliquèrent à faire des croisements et à sélectionner les variétés de blé les plus riches en gluten, pour faire les plus beaux pains.


Plus de gluten dans le blé = consommateurs heureux

Aujourd'hui, les céréales comme le blé, le kamut, l'orge, le seigle et l'épeautre contiennent jusqu'à 69 % de prolamines parmi leurs protéines, ce qui est énorme.

Le résultat est que la clientèle des boulangeries est ravie : on peut pour un euro ou deux acheter un pain énorme. Il n'y a qu'une fois qu'on le coupe qu'on s'aperçoit que sa mie a la texture d'une balle de tennis en mousse. Dans la vitrine, il semblait vraiment consistant ! Et les mères de famille sont surprises de constater que leurs enfants, au goûter, ont mangé « un pain entier ». En réalité, c'est que ce pain, malgré sa taille, ne contenait pratiquement que de l'air.

Autre avantage : l'extraordinaire richesse en gluten des nouvelles farines a permis l'explosion du commerce des viennoiseries, qui prospèrent dans tous les centre-villes, zones commerciales, gares, et jusque sur les quais des RER, dans les souterrains les plus profonds et les plus malodorants de Paris, là où aucun autre commerce ne survit que les distributeurs automatiques de sucreries « Sélecta ».

C'est qu'il n'y a rien de plus facile que de transformer une minuscule boulette de pâte surgelée en une magnifique brioche dorée, un croissant rebondi, un pain au chocolat luisant. Il suffit d'un four électrique bon marché et d'un salarié sans qualification. On peut revendre une boulette qui a coûté 5 centimes à produire 1 €, voire 1,20 €, aux cadres qui passent et qui ont sauté leur dernier repas.

Ces mêmes boulettes de pâte se vendent d'ailleurs maintenant également en supermarché et dans les magasins de produits surgelés. Sur les emballages en plastique, les photos sont si appétissantes que vous en croyez à peine vos yeux lorsque vous ouvrez le paquet et que vous en sortez des petits croissants et pain au chocolat en pâte crue, surgelés sous cellophane, désespérément petits et pâles.

Mais quand vous les mettez au four... miracle ! Ce qui en ressort ressemble en effet, peu ou prou, à ce qu'il y avait sur l'emballage !

Vous souvenez-vous du film « Retour vers le futur 2 », sorti en 1989, où le héros montait dans une machine à voyager dans le temps l'emmenant en 2015 ? Une scène m'avait marqué, où une grand-mère mettait dans son four une petite pastille ressemblant à du plastique, et en ressortait au bout de quelques secondes une énorme pizza fumante et gratinée, sous les cris d'approbation de ses petits-enfants. Hé bien, nous y sommes. Tous ces prodiges, nous les devons à l'extraordinaire richesse en gluten des "blés" modernes.


Les nouvelles boulangeries traditionnelles

Une partie du public s'étant lassée des pains blancs trop peu nourrissants et des pains de mie industriels, certains boulangers dans les années 90 se tournèrent vers des formes plus compliquées de farines, souvent présentées comme « complètes », semi-complètes ou « multicéréales », parce qu'on y avait rajouté du son (l'enveloppe des grains) et/ou des graines.

Ces pains sont vendus bien plus chers que le pain blanc. Mais ils ne sont pas plus traditionnels, car les variétés de blé avec lesquels ils sont faits sont les mêmes et n'ont tout simplement plus rien à voir avec ce que nos arrières-grands-parents appelaient du blé.


Des dizaines de chromosomes en plus !

A la fin du 19e siècle, puis dans les années 60, la recherche agronomique fit de rapides « progrès » pour développer des céréales plus résistantes, plus productives, et plus riches en gluten.

Hybridations et rétro-croisements aboutirent à l'apparition d'espèces totalement nouvelles, que l'on appelle encore « blé » mais qui sont aussi éloignées du blé naturel qu'un éléphant d'une souris, pour ne pas dire qu'une banane en plastique d'une vraie banane.

Le « blé » moderne créé dans les années 1970, qui s'appelle Lerma Rojo 64, Siete Cerros, Sonora 64 ou Super X a en effet quarante-deux chromosomes là où l'engrain de nos ancêtres n'en avait que quatorze !! Chez l'être humain, le fait d'avoir un seul chromosome en trop provoque des handicaps (comme dans la trisomie 21) ou la mort.


De nouvelles protéines que l'homme ne peut pas digérer

Nos lecteurs qui connaissent la biologie savent que les chromosomes sont des brins d'ADN qui servent à coder des protéines, les « briques » de base qui servent à construire un organisme. Le fait que le blé moderne ait des dizaines de chromosomes supplémentaires implique nécessairement qu'il contient d'innombrables protéines nouvelles, dont beaucoup ne sont pas digérables par l'homme.

En effet, pour qu'une protéine soit digérée, encore faut-il que le tube digestif fabrique les enzymes adaptées, c'est-à-dire les produits chimiques qui seront capables de les dissoudre. Ce n'est pas toujours le cas, loin de là. C'est parce que vous n'avez pas les mêmes enzymes que la vache qu'elle peut se nourrir d'herbe, et vous non.

Le blé moderne provoque donc, chez un nombre alarmant de personnes, des problèmes digestifs et des réactions d'intolérance (maladie cœliaque), ou du moins d'hypersensibilité, qui se traduisent par des ballonnements, de la constipation, des maux de tête, des insomnies, de la fatigue chronique, de la dépression, des os fragiles, etc.

Certains, comme la spécialiste suisse Elke Arod, vous diront que 80 % de la population est intolérante au blé. (1)

D'autres, comme Julien Venesson, auteur du livre qui vient de paraître « Gluten : comment le blé moderne nous intoxique », note que « six pour cent au moins de la population seraient touchés, certains chercheurs avancent même le chiffre de 35 % ». (2)

Mais ce qui est sûr, c'est qu'il n'est pas étonnant qu'un nombre de plus en plus grands de personnes se tournent vers le régime « sans gluten ».

Ce n'est pas une « mode », ni un problème « psychologique ». Le blé moderne est vraiment une nourriture étrangère à l'être humain et, pour certains, cela revient à essayer de manger du plastique.

Manger sans gluten permet alors vraiment des améliorations de la santé, et il est tout à fait possible que ce soit le cas pour vous également si vous essayez.


Les céréales ne sont ni bénéfiques, ni même nécessaires

Vous vous souvenez que, dans ma précédente lettre sur l'apparition de l'agriculture, j'avais expliqué que le blé n'était de toutes façons pas un aliment naturel ni nécessaire à l'être humain. Pendant des millions d'années, nos ancêtres ont évité les céréales, car elles contiennent des anti-nutriments qui bloquent l'absorption des minéraux.

La propagande gouvernementale mondiale, incitant les populations à mettre les céréales complètes au centre de leur régime alimentaire est donc dépourvue de bon sens, mais aussi de bases scientifiques.

C'est parce qu'ils se sont massivement tournés vers les céréales, qui sont des « calories vides » que les Américains, puis les Européens, et aujourd'hui les autres populations du monde, connaissent ces épouvantables épidémies d'obésité, de diabète, de maladies cardiovasculaires, devenues aujourd'hui la première cause de mortalité au monde. Ce n'est pas parce que l'on mange « trop gras » ou « trop salé ».


Tout le monde peut, s'il le souhaite, manger sans gluten

Manger sans gluten, donc sans blé, ne peut vous faire aucun mal. Bien au contraire, car vous serez obligé de remplacer le blé, le pain, les pâtes, etc., par d'autres aliments de meilleure qualité nutritive.

Tout le monde peut donc, s'il le souhaite démarrer un régime sans gluten. Mais il est évident que les personnes intolérantes au gluten (maladie coeliaque, 1 % de la population), ou souffrant de « sensibilité au gluten », ce qui est beaucoup plus courant, en bénéficieront encore plus que les autres puisqu'elles verront aussi les symptômes de leur maladie disparaître.

C'est pourquoi je vous prépare actuellement une prochaine lettre sur les principes d'un régime sans gluten. A noter que, comme vous l'aurez déjà compris, ce régime a la particularité d'être plus agréable à suivre qu'une alimentation normale, puisqu'il remplace des aliments peu nutritifs et au fond sans grande qualité gustative, par des aliments meilleurs pour la santé et... meilleurs au goût.

A votre santé !

Jean-Marc Dupuis

******************************

 

Le Quinoa est l’un des aliments sains les plus populaires au monde.

Le Quinoa est sans gluten, riche en protéines et l’un des rares aliments végétaux qui contiennent les neuf acides aminés essentiels.

Il est également riche en fibres, magnésium, vitamines B, fer, potassium, calcium, phosphore, vitamine E et divers antioxydants bénéfiques.

Voici 11 avantages pour la santé de quinoa:

Bienfaits du quinoa 1: le quinoa est très nutritif

Le Quinoa est un grain de récolte qui est cultivé pour ses graines comestibles. Il est prononcé KEEN-wah.

Techniquement ce n’est pas un grain de céréale, mais plutôt une pseudo-céréale (1).

En d’autres termes, c’est essentiellement une «semence» qui est préparée et consommée de manière similaire à un grain.

Auparavant, le Quinoa était une culture importante pour l’Empire Inca. Ils s’y sont référés comme étant la «mère de tous les grains » et le croyaient sacré.

Il a été consommé depuis des milliers d’années en Amérique du Sud, bien qu’il ne devienne à la mode et aurait atteint « le statut de super aliment » que depuis quelques années.

Ces jours-ci, vous pouvez trouver le quinoa et les produits fabriqués avec partout dans le monde, en particulier dans les magasins et les restaurants qui mettent l’accent sur les aliments naturels.

Il en existe trois principaux types: blanc, rouge et noir.

Voici à quoi ils ressemblent:

 

Voici les nutriments contenus dans 1 tasse (185 grammes). Ceci vaut pour le quinoa cuit (2) :

  • Protéines :8 grammes.
  • Fibre :5 grammes.
  • Manganèse :58% des AJR.
  • Magnésium :30% des AJR.
  • Phosphore :28% des AJR.
  • Folate :19% des AJR.
  • Cuivre :18% des AJR.
  • Fer :15% des AJR.
  • Zinc :13% des AJR.
  • Potassium :9% des AJR.
  • Plus de 10% de l’AJR pour les vitamines B1, B2 et B6.
  • De petites quantités de calcium, B3 (niacine) et la vitamine E.
  • Cela vient avec un total de 222 calories, avec 39 grammes de glucides et 4 grammes de graisses. Il contient également une petite quantité d’acides gras oméga-3.

Le quinoa est non-OGM, sans gluten et est généralement cultivé organiquement. Même s’il n’est techniquement pas un grain, il compte comme un aliment de grain entier.

Les Scientifiques de la NASA l’ont étudié comme une culture apte à être cultivée dans l’espace, principalement, en se basant sur sa haute teneur en éléments nutritifs, sa facilité d’utilisation et sa croissance facile (3).

L’année 2013 a été en fait appelé « L’Année internationale du quinoa » par l’Organisation des Nations Unies (ONU), en fonction de sa valeur nutritive élevée et le potentiel de contribuer à la sécurité alimentaire dans le monde (4).

Conclusion : Le quinoa est une graine comestible qui est devenue très à la mode parmi les personnes conscientes de leur santé. Il est chargé en de nombreux éléments nutritifs importants.

Bienfaits du quinoa 2: le quinoa contient des composés de plante, Quercétine et Kaempférol

Les effets sur la santé des aliments réels vont bien au-delà des vitamines et des minéraux que nous connaissons tous.

Il y a des traces de milliers d’éléments nutritifs là-dedans, dont certains sont extrêmement sains.

Cela comprend des molécules intéressantes appelées flavonoïdes, qui sont des antioxydants de plantes découverts capables d’avoir toutes sortes d’effets bénéfiques sur la santé.

Deux flavonoïdes ont été particulièrement bien étudiés qui sont la quercétine et le kaempférol, se trouvent en grandes quantités dans le quinoa (5).

En fait, la teneur du quinoa en quercétine est encore plus élevée que les aliments typiques connus riche en quercétine comme les canneberges (6).

Ces molécules importantes se sont révélées avoir des propriétés anti-inflammatoires, antivirales, anti-cancéreuses et des effets antidépresseurs dans les études animales (78,910).

En incluant le quinoa dans votre alimentation, vous allez augmenter considérablement votre consommation totale de ces (et autres) éléments nutritifs importants.

Conclusion : Le quinoa contient de grandes quantités de flavonoïdes, y compris la quercétine et le kaempférol. Ce sont des antioxydants de plantes puissants avec de nombreux avantages pour la santé.

Bienfaits du quinoa 3: le quinoa est très riche en fibres, beaucoup plus que la plupart des céréales

Un autre avantage important du quinoa est qu’il est riche en fibres.

Une étude portant sur 4 variétés de quinoa a trouvé un contenu compris entre 10 et 16 grammes de fibres, par 100 grammes de quinoa (11).

Cela équivaut à 17-27 grammes par tasse, ce qui est très élevé, plus de deux fois plus élevé que la plupart des céréales. Le quinoa cuit contient beaucoup moins de fibres, car il absorbe beaucoup d’eau.

Malheureusement, la plupart des fibres sont insolubles, ce qui ne semble pas avoir les mêmes avantages pour la santé que les fibres solubles.

Cela étant dit, la teneur en fibres solubles est d’environ 2,5 grammes par tasse (ou 1,5 grammes pour 100 grammes), ce qui est encore décent.

Vous aimerez aussi :  Qu’est-ce que le Jagré et quels en sont les avantages ?

Il existe de nombreuses études montrant que la fibre soluble peut aider à réduire les niveaux de sucre dans le sang, abaisser le cholestérol, augmenter le seuil de plénitude et aide à la perte pondérale (121314).

Conclusion : Le quinoa est beaucoup plus riche en fibres que la plupart des céréales, avec une étude qui a découvert 17-27 grammes de fibres par tasse.

4. Il est sans gluten et donc parfait pour les personnes ayant une intolérance au gluten

Selon une enquête faite en 2013, environ un tiers des personnes aux États-Unis sont en train d’essayer de minimiser ou d’éviter le gluten.

Un régime sans gluten peut être bon pour la santé, tant qu’il est basé sur des aliments qui sont naturellement sans gluten.

Les problèmes se posent lorsque les gens consomment des aliments « sans gluten » à base de féculents raffinés à la place.

Ces aliments ne sont pas mieux que leurs homologues contenant du gluten, parce la malbouffe sans gluten est toujours de la malbouffe.

De nombreux chercheurs se sont penchés sur le quinoa comme un ingrédient convenable dans un régime sans gluten, pour les personnes qui ne veulent pas renoncer à des aliments comme le pain et les pâtes.

Des études ont montré qu’en utilisant le quinoa au lieu d’ingrédients sans gluten typiques comme le tapioca raffiné, les pommes de terre, le maïs et la farine de riz, il peut considérablement augmenter la valeur nutritive et anti-oxydante de l’alimentation (1516).

Conclusion : Le quinoa est naturellement exempt de gluten et l’utiliser à la place des ingrédients typiques sans gluten peut augmenter la valeur anti oxydative et nutritionnelle d’un régime sans gluten.

5. Le quinoa est très riche en protéines, il contient tous les acides aminés essentiels

La protéine est faite d’acides aminés. Certains d’entre eux sont appelés «essentiels» parce que nous ne pouvons pas les produire et avons besoin de les obtenir à partir de l’alimentation.

Si un aliment contient tous les acides aminés essentiels, il est considéré comme une protéine « complète ».

Le problème est que de nombreux aliments d’origine végétale sont déficients en certains acides aminés essentiels tels que la lysine.

Cependant, le quinoa est une exception, car il contient tous les acides aminés essentiels. Pour cette raison, c’est une excellente source de protéines. Il a à la fois plus et mieux de protéines que la plupart des céréales (17).

Avec 8 grammes de protéines de qualité par tasse, le quinoa est une excellente source de protéines à base de plantes pour les végétariens et les végétaliens.

Conclusion : Le quinoa est riche en protéines par rapport à la plupart des aliments d’origine végétale. Il contient également tous les acides aminés essentiels dont nous avons besoin.

6. Le quinoa a un faible indice glycémique, ce qui est bon pour le contrôle de la glycémie

L’index glycémique permet de mesurer la rapidité avec la quelle les aliments augmentent le taux de sucre dans le sang.

Il est connu que manger des aliments qui ont un index glycémique élevé peut stimuler la faim et contribuer à l’obésité (1819).

Ces aliments ont également été associés à la plupart des maladies chroniques occidentales qui sont si communes aujourd’hui, comme le diabète de type 2 et les maladies cardiaques (20).

Le quinoa a un index glycémique de 53, ce qui est considéré comme faible (21).

Cependant, il est important de garder à l’esprit qu’il est encore assez élevé en glucides. Ce n’est donc pas un bon choix pour un régime faible en glucides.

Conclusion : L’index glycémique du quinoa est d’environ 53, ce qui est considéré comme faible. Cependant, il est encore relativement élevé en hydrates de carbone.

7. Le quinoa est riche en minéraux importants comme le fer et le Mmagnésium

Il y a beaucoup de nutriments qui ont tendance à faire défaut dans notre alimentation moderne.

Cela est particulièrement vrai pour certains minéraux, en particulier le magnésium, le potassium, le zinc et le fer (pour les femmes).

Fait intéressant, le quinoa est très riche en ces 4 minéraux. Il est particulièrement riche en magnésium, avec environ 30% des AJR dans une tasse.

Le problème est qu’il contient également une substance appelée acide phytique, qui peut se lier à ces minéraux et réduire leur absorption (22).

Cependant, par trempage et/ou germination du quinoa avant la cuisson, vous pouvez réduire la teneur en acides phytiques et rendre ces minéraux plus bio-disponibles.

Le quinoa est également assez riche en oxalates, qui réduisent l’absorption du calcium et peuvent causer des problèmes pour certains individus ayant des calculs rénaux récurrents (2324).

Vous aimerez aussi :  7 bienfaits de la Chlorelle (cholrella) + tout ce que vous devez savoir sur cette algue purifiante

Conclusion : Le quinoa est très riche en minéraux, mais l’acide phytique peut en partie les empêcher d’être absorbés. Le trempage ou encore la germination peuvent dégrader la plupart des acides phytiques.

8. Le quinoa a des effets bénéfiques sur la santé métabolique

Compte tenu de la grande quantité de ses nutriments bénéfiques, il est logique que le quinoa puisse conduire à l’amélioration de la santé métabolique.

Bien que cela doit être étudié de manière plus approfondie, j’ai trouvé deux études (une chez l’homme, l’autre chez le rat) qui ont examiné les effets du quinoa sur la santé métabolique.

L’étude sur l’homme a constaté que l’utilisation du quinoa à la place du pain et des pâtes typiques sans gluten réduisait significativement les niveaux de glycémie sanguine, d’insuline et de triglycérides (25).

L’étude chez les rats a trouvé que l’ajout du quinoa à un régime alimentaire riche en fructose aurait presque complètement inhibé les effets négatifs du fructose (26).

Conclusion : Deux études, l’une chez l’homme et l’autre chez le rat montrent que le quinoa peut améliorer la santé métabolique, dont l’abaissement de la glycémie et des taux de triglycérides.

9. Le quinoa est très riche en antioxydants

Il se trouve aussi que le quinoa soit très riche en antioxydants.

Les antioxydants sont des substances qui neutralisent les radicaux libres et sont censées aider à lutter contre le vieillissement et de nombreuses maladies.

Une étude portée sur les antioxydants présents dans 10 aliments : 5 céréales, 3 pseudo-céréales et 2 légumineuses.

Le quinoa avait la teneur la plus élevée en antioxydants de ces 10 aliments (27).

Permettre aux graines de germer semble augmenter encore plus leur teneur en antioxydants (28).

Conclusion : Le quinoa semble être très riche en antioxydants, qui sont encore plus augmentés après la germination des graines.

10. Le quinoa peut vous aider à perdre du poids

Afin de perdre du poids, nous avons besoin de prendre moins de calories que nous en brûlons.

Il est connu que certaines propriétés des aliments peuvent faciliter ce processus, soit en augmentant le métabolisme (en augmentant les calories brûlées) ou en réduisant l’appétit (en diminuant l’apport calorique).

Fait intéressant, le quinoa présente plusieurs de ces propriétés.

Il est riche en protéines, ce qui peut à la fois augmenter le métabolisme et réduire l’appétit de façon significative (29).

La quantité élevée de fibres devrait également contribuer à augmenter la sensation de satiété, ce qui vous fait manger moins de calories globalement (30).

Le fait que le quinoa ait un faible index glycémique est une autre caractéristique importante, mais le choix de ces aliments a été lié à un apport calorique réduit (31).

Bien qu’il n’y ait actuellement aucune étude qui se soit penché sur les effets du quinoa sur le poids corporel, il semble intuitif que cela pourrait être une partie utile lors d’un régime alimentaire sain de perte pondérale.

Conclusion : Le quinoa est riche en fibres et en protéines et a un faible index glycémique. Ces propriétés sont toutes liées à une perte de poids et une amélioration de la santé.

11. Le quinoa est facile à intégrer dans le régime alimentaire

Le dernier point n’est pas un avantage pour la santé, mais toujours incroyablement important.

C’est le fait que le quinoa soit très facile à intégrer dans votre alimentation.

Il est également savoureux et se marie bien avec de nombreux aliments.

Selon le type de quinoa, il peut être important de le rincer avec de l’eau afin de se débarrasser de saponines qui se trouvent sur la couche externe et peuvent lui donner un goût amer.

Cependant, certaines marques ont déjà été rincées, donc cela peut ne plus être nécessaire.

Vous pouvez acheter le quinoa dans la plupart des magasins d’aliments naturels et de nombreux supermarchés.

Il peut être prêt à manger en quelques 15 à 20 minutes :

  • Mettez 2 tasses d’eau dans une casserole, et allumez le feu.
  • Ajoutez 1 tasse de quinoa cru, avec une pincée de sel.
  • Faites bouillir pendant 15-20 minutes.
  • Bon Appétit.

Il devrait maintenant avoir absorbé la majeure partie de l’eau et vous obtenez un aspect pelucheux. S’il est bien fait, il devrait avoir une saveur de noisette douce et croquante.

De plus, il y a des dizaines d’autres délicieuses façons d’utiliser le quinoa.

Pourquoi vous devriez essayer le quinoa ?

En fin de compte, le quinoa est l’un des aliments les plus sains et les plus nutritifs de la planète. C’est un fait.

Source : authoritynutrition.com

 

TABLEAU DE SUBSTITUTION POUR ALIMENTS SUSCITANT ALLERGIES OU INTOLÉRANCES ALIMENTAIRES

 

Allergies Intolérances

 

Remplacer par
Gluten/ farine de blé froment

farine de maïs, riz, soja, sarrasin, châtaigne, noix de coco, lentilles, millet jaune, lin, quinoa, pois chiches, teff

 

Gluten/ pâtes alimentaires

Pâtes au maïs, riz, sarrasin, soja, lentilles corail, riz blanc, brun, noir, complet, semoule de maïs

 

Gluten/ pains biscottes

Pains fait maison, crêpes, pancakes, riz au lait, galettes de riz, maïs, pains des fleurs châtaigne, sarrasin, quinoa

 

Gluten/ fécules

fécule de maïs, pomme de terre, tapioca, arrow-root

 

Gluten/ chocolat au lait

 

chocolat noir à 70 % et plus
Lactose/ lait de vache

lait de chèvre et de brebis faible en lactose, lait végétal de riz, amande, noisette, châtaigne, soja, coco, avoine, sarrasin, millet, sésame, amarante, lait Kefir, Lben et Ribot si autorisés

 

Lactose/ beurre

huile d'olive, colza, tournesol, coco, noix, lin, carthame, pépins de courge ou de raisins pour préparation salée, et pour les sucrées, purée d'amandes, pommes, huile vierge de noix de coco, pistache, noix, olive, yogourt ou faisselle ou fromage blanc au lait de brebis ou chèvre faible en lactose si autorisé

 

Lactose/ fromages

fromage de brebis ou chèvre à pâte dure si autorisé, le parmesan et le mascarpone bien qu'au lait de vache peuvent être autorisés

 

Lactose/ crème fraîche

crème fraîche de brebis faible en lactose si autorisée, crème d'amande, riz, avoine

 

lactose/ fromage blanc yogourt faisselle

 

par ceux fabriqués au lait de brebis ou de chèvre pauvres en lactose si autorisés

Sucre, Sirop de riz, d'agave, de datte, d'érable, sucre de coco....

 

Miel de bonne qualité, raisins et fruits secs, farine de châtaigne
Levure/ Levain

sachet de poudre à lever à base d'amidon de maïs, d'acide citrique de vinification, bicarbonate de soude. Blancs d'œufs montés en neige, bicarbonate de soude + jus de citron, le "Mixgom"

 

Œufs

 

 

Source : http://www.hellocoton.fr/to/1gfrI#http://www.latabledesintolerants.com/2015/10/veloute-de-courge-muscade-aux-lentilles.html

le tofu soyeux et lien "comment remplacer les œufs"