Ursula Collombier

 

06 78 85 77 53

 

 

Page Facebook

 

 

ursula.nutriliberte@gmail.com

 

Pour toute correspondance

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.

Partagez

- Myothérapie

 

 

  Les douleurs articulaires et les limitations de mobilité sont quasiment toujours dues à des contractures de muscles traversant l'articulation concernée. Traiter spécifiquement ces contractures permet donc de guérir les douleurs articulaires, même celles qui sont étiquetées 'Arthrose', ou 'Polyarthrite', ou 'Spondylarthrite'.

 

   La Brachy-Myothérapie (appelée aussi Myothérapie) est la thérapie manuelle spécifique de ces pathologies musculaires, acquises suite à des traumatismes récents ou anciens.

 

  C'est une thérapeutique douce, qui vise donc à traiter ces spasmes musculaires persistants qui sont à  la base de la plupart des douleurs articulaires, des névralgies (cervico-brachiales ou sciatiques), ainsi que de nombreuses autres maladies, comme les migraines, etc. 

 

  La Myothérapie a quatre particularités qui font qu'elle se distingue clairement des diverses pratiques ostéopathiques :

 

  - seul le système musculaire est traité, car l'expérience montre que seul le dysfonctionnement de celui-ci peut être cause de douleurs, même en cas d'arthrose ;

 

  - les muscles sont traités en position de raccourcissement passif, et non d'étirement ;

 

  - le traitement de fond de l'endroit douloureux implique aussi celui de la contracture primaire distante, dont le motif de consultation n'est que compensation ;

 

  - la distinction entre muscles de mouvement (dynamiques) et muscles de maintien de positions et de posture (toniques) est fondamentale.

 

   La Brachy-Myothérapie a été créée par le Dr Jan Polak, qui l'enseigne depuis 1989 aux médecins, généralistes et spécialistes, aux kinésithérapeutes, et aux ostéopathes.

 

  Ses effets ont été vérifiés par de nombreuses études scientifiques. Ces études ont été faites par 150 médecins sur 60 maladies concernant 3 000 patients.

 

  Dix articles ont été publiés dans des revues professionnelles de Rhumatologie, de Médecine du sport, de Kinésithérapie et de Physiothérapie en France et en Suisse (pour les lire ou les télécharger, cliquer en haut de la colonne verte de droite).  

 

   Nous vous invitons à consulter les différentes pages de ce site pour en savoir plus sur la Myothérapie et ses indications.

 

   Bonne visite !

 


_____________________________________________________________________

 

 

 

Article paru dans le revue Santé Nat & Bio (2012)

 

Cliquez 2 fois sur l'image pour l'agrandir

p.1
p.2
p.2
p.3
p.3
p.4
p.4
p.5
p.5

Qu'est ce que la myothérapie ?

Par Jean-Jacques Dermont, je la pratique depuis 15 ans.

 

Le postulat démontré tout de même établi que lorsqu'un muscle subit un étirement au delà de sa limite de vitesse angulaire se met en place une boucle neurologique réflexe qui ne passe que par la moelle épinière sans passer par les voies ascendantes vers le cerveau. Ainsi c'est un réflexe court. C'est ce qu'on appel le réflexe myotatique.
Un moto neurone bêta agit sur les fuseaux annulo-spiralés formé un peu comme des ressort qui se situent dans les fibres musculaires en parallèle. Ces ressorts s'étirent tellement lors d'un traumatisme qu'il génère une activité indélébile du neuro-béta et donc une action de défense des fibres musculaire sous la forme d'une contracture réflexe permanente à vie!!!!!.
Ainsi même au repos le muscle conserve sa contracture. Par la loi de Sherington les autres muscles du coté opposé se contractent aussi. Il s'installe alors une série de contractures de façon a compenser la première contracture pour ne pas continuer à souffrir à cet endroit. Tout le corps va donc trouver un nouvel arrangement posturale réflexe à son tour. On peut voir alors la personne se mettre a boiter, à ne plus balancer les bras normalement en marchant, se plaindre d'une douleur d'épaule un an après, puis d'un genou 5 ans après. Ces douleurs ne sont pas de pathologie en elles même mais des douleurs de compensation.

Deuxièmement : tous les muscles ont un double. Le long biceps à son double ; le court biceps, le grand pectoral a son double ; le petit pectoral. Les premiers sont des muscles du mouvement alors que les "doubles" sont des muscles de maintient d'une posture. Seuls ces derniers souffrent car ils travaillent constamment pour maintenir le corps soit assis, soit debout et ne pas s'endormir et tomber. Ce sont ces seuls muscles qu'il faut traiter. Les muscles posturaux qui ne sont jamais au repos se situent au cou et des segments jambiers. Une séance de myothérapie va donc éliminer par un travail spécifique ces contractures cervicale ou jambières ou les deux à la fois en fonction du diagnostique ou de certaines pathologies particulières (scoliose, retard de chute des dents de lait, etc)

Principe de traitement du muscle; il faut raccourcir les muscles en question au delà de leur course habituelle sans aucune douleur, sans forcer et en utilisant une apnée en inspire ou en expire, selon que le trauma a été subit en inspire ou expire. Une fois raccourci le muscle cela revient a raccourcir aussi le fuseau annulo spiralé (le ressort intra musculaire) et comme ce ressort ne subit plus d'étirement la boucle gamma se met en mode silence et ne s'active plus. Le muscle se met donc au repos a nouveau. on ramène alors le muscle à sa longueur initiale à une vitesse extrêmement lente, de façon a ne pas re provoquer d'étirement. On procède ainsi pour tous les muscles qui ont été reconnu comme lésés. En fait souvent un seul muscle a été lésé au départ, mais ses copains sont douloureux aussi par compensation. Mais il est impossible de les différencier, car une douleur est une douleur. La séance se termine par un repos dit d'intégration cérébelleux (le cervelet est un système qui coordonne l'ensemble des muscle posturaux comme un chef d'orchestre. il met entre 1 mois et 4 mois pour digérer la séance. Un traitement nécessite environ entre 2 à 5 séance maximum selon l'ancienneté de la lésion. Les émotions, la participation ou les croyances du sujet sont inutiles. La seul chose demandée au sujet est de NE RIEN FAIRE si ce n'est respirer et se mettre en apnée. Chaque séance DOIT apporter une amélioration NETTE. En cas contraire (ce a quoi le myothérapeute s'attend) il s'agit d'une erreur diagnostique ou bien d'une séance forcée. NE JAMAIS changer de praticien dans un tel cas mais rectifier la séance en changeant de lieu de traitement (faire les jambes au lieu du cou par exemple) La myothérapie a été validé selon les normes de l'OMS et celles de l'AMM utilisée pour valider les médicaments. Le  taux de réussite est de 95% allant de guérit à amélioré à 50%. Si après traitement il n'ya pas amélioration on fait réaliser un controle dentaire de prématurité (il s'agit toujours d'un plombage ou amalgame en sur épaisseur ce qui déséquilibre l'articulation mandibulaire( ATM) une fois corrigé on refait le traitement entier (cou et jambes + ATM est c'est guéri. Si ce n'est pas le cas il s'agit alors d'une pathologie non traumatique et on sort alors LA GROSSE ARTILLERIE (analyse sanguine etc). Pour ma part quelque soit la pathologie musculaire ou articulaire (en l'absence de certitude d'une autre pathologie, cardio, cancer)

IL FAUT FAIRE la myothérapie car elle sert de diagnostique en cas d'échec. Car si échec alors c'est vraiment grave et on est plus du tout dans le cadre d'une simple douleur musculaire proprement dite (fausse lombalgie avec cancer osseux lombaire par exemple etc). A noter qu'au cours de la séance le sujet a la sensation que son corps s'allonge et s'allège. Puis un a deux jours après il a la sensation de planer, d'être dans une bulle hors société. En fait le sujet retrouve son état normal de relâchement et se met a marcher à sa vitesse normale et non plus comme un excité!!!! et cela lui fait tout drôle. Ce type de réaction est un signe absolu de séance réussie.